PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 mai 2018

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 mai 2018

Marchés actions sous tension

Après un rebond sensible des indices actions de la zone euro depuis fin mars, le sentiment des investisseurs s’est retourné sur les sept dernières séances boursières du mois de mai, ce qui traduit le regain de volatilité des marchés depuis le début de l’année.

Le retour du risque politique en Italie (illustré par l’intervention du Président Mattarella afin d’obtenir des garanties auprès du prochain gouvernement pour le maintien de l’Italie dans la zone euro) et la posture offensive de Donald Trump sur le terrain commercial et géopolitique (notamment vis-à-vis de la Chine, de l’Europe et de l’Iran) ont été des facteurs anxiogènes pour les investisseurs.

Ainsi, le mois de mai se solde par une baisse de -3,7% de l’indice Euro Stoxx 50 (-2,5% après dividendes) et une forte correction de l’indice principal italien (-9,2% hors dividendes). Ce contexte s’est caractérisé par une vente massive des titres bancaires et un élargissement des spreads entre les taux souverains italiens et allemands.

Outre-atlantique, les indices actions sont en revanche en progression, principalement l’indice Nasdaq qui a connu un net rebond au mois de mai avec une hausse de +5,3%, tirée notamment par la progression des titres Apple (+13,1%) et Facebook (+11,5%).

Sur le front des commodities et des devises, le prix du baril de Brent (77 $ à fin mai) a continué de s’apprécier alors que le climat diplomatique s’est tendu autour du dossier iranien tandis que la devise européenne a continué de s’affaiblir face au dollar (parité à 1,17 en fin de mois).

Forte hétérogénéité des performances

Le facteur Risque est apparu très discriminant ce dernier mois, comme le reflètent la hausse des valeurs les moins risquées et, en sens inverse, le net repli des titres les plus risqués (cf. Tableau 1, classe de risque 5 : -5.6% en moyenne non pondérée). Ce mouvement a entraîné un renforcement de la prime de risque au sein du marché actions.

Le repli des titres risqués est à mettre en relation avec le vif recul des valeurs financières, en particulier des banques italiennes (Banco BPM -26,4%, Unione di Banche Italiane -21,9%, Unicredit -21,4% et Mediobanca -19,8%) mais également des banques françaises les plus exposées à l’Italie (BNP Paribas -12,3% et Crédit Agricole -9,3%). Par ailleurs, le titre Deutsche Bank (-19,8%) a été pénalisé par la mise sous surveillance par la Fed de ses activités américaines.

Toutefois, d’autres secteurs ont également souffert au mois de mai tels que :

  • Le secteur Médias, dont notamment les titres italiens mais aussi ProSiebenSat (-10,0%), TF1 (-10,0%)et Axel Springer (-8,5%) en réaction à leurs publications trimestrielles qui ont déçu ;
  • Le secteur Distribution, en particulier les titres Dia (-24,4%), Casino (-10,2%) et Carrefour (-9,5%) qui souffrent notamment d’un effet devises négatif au Brésil et en Argentine ;
  • Le secteur des Télécoms  où les titres Telecom Italia (-16,0%) et Iliad (-12,7%) sont confrontés à une détérioration des fondamentaux et/ou une concurrence plus vive.

A l’inverse, malgré l’orientation baissière des marchés actions, de nombreux secteurs ont enregistré des performances positives au mois de mai, notamment les secteurs ci-après qui se sont distingués :

  • Le secteur Electronique qui, après le recul du mois précédent, s’est redressé dans le sillage du Nasdaq (notamment d’Apple) à l’instar de Soitec (+15,8%) et STMicroelectronics (+12,4%) ou encore Infineon (+10,4%) dont le management s’est montré plus optimiste sur les perspectives du groupe lors de la publication de ses résultats trimestriels ;
  • Le secteur Luxe en réaction aux publications du premier trimestre d’Hermès (+13,6%) et de Kering (+10,7%) qui indiquaient une activité très soutenue malgré une base de comparaison élevée ;
  • Le secteur Energie en raison de la poursuite du renchérissement du prix du pétrole.

Prime de marché à 6,32%

Face aux incertitudes en Italie et aux craintes de guerre commerciale, les investisseurs se sont tournés vers les taux souverains les plus sûrs, provoquant ainsi une baisse du rendement du Bund 10 ans de -22 points de base à 0,34%. Par conséquent, la prime de marché a augmenté de +32 points de base pour s’établir à 6,32%. Ce niveau se compare à un niveau moyen de 6,57% depuis 2002. Ainsi, ces indicateurs mis en valeur dans le modèle Trival, proches de leur niveau moyen, incitent à rester neutres sur le niveau de valorisation des actions de la zone euro même si certains risques se sont déjà manifestés.

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous