PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 juillet 2018

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 juillet 2018

Un rebond des marchés actions

Le mois de juillet aura été marqué par deux thématiques : les publications de résultats et, comme en juin, les problématiques de guerre commerciale. Mais, à l’inverse du mois de juin, cette dernière thématique a comporté des développements considérés comme positifs, notamment l’accord entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker, permettant un rebond des marchés actions.

L’indice Euro Stoxx termine ainsi le mois de juillet en hausse de 3,4% et les principaux indices européens suivent une tendance voisine. Ainsi l’indice DAX a repris plus de 4%, en image inversée de son recul du mois précédent, traduisant la sensibilité des valeurs allemandes au commerce mondial.

Les actions américaines continuent pour leur part leur parcours haussier, et progressent ce mois-ci à un rythme assez proche de leurs consœurs européennes, au regard de la performance de l’indice S&P 500. L’indice NASDAQ affiche une hausse plus modeste en juillet, certains résultats de sociétés technologiques ayant été mal accueillis par les investisseurs.

Des performances individuelles reflétant les publications des résultats semestriels

Si le rebond des cours apparaît assez généralisé, ce mouvement de marché est ressorti plus marqué sur les titres risqués (cf. dans le Tableau 1 la performance de 5% de la classe de risque 5 des valeurs les plus risquées). La baisse de la pente de risque au sein du marché actions en est le reflet.

Le mois de juillet ayant vu la publication de nombreux résultats semestriels, ceux-ci et les perspectives indiquées par les sociétés à cette occasion sont les éléments clés expliquant les performances les plus élevées ce mois-ci, à la hausse ou à la baisse, celles-ci ne recelant que peu de discriminations sectorielles, si ce n’est en défaveur des produits de base (matières premières) ou des valeurs liées au secteur publicitaire.

Ainsi, parmi les mouvements significatifs à l’occasion des résultats semestriels, on peut noter le coup de froid sur les géants du web américain en fin de mois (et notamment de Facebook, en recul sur le mois de -11%, après l’annonce des perspectives décevantes de revenus publicitaires en Europe et des dépenses de sécurité importantes). La plupart des titres liés au secteur publicitaire sont en recul ce mois-ci (Omnicom -10%, Publicis -7%, Dentsu -12%).

En Europe, Peugeot (en classe de risque 5, en hausse de +26%, en réaction au redressement rapide d’Opel), Edenred (+24%), Orion (+28%) pointent parmi les plus fortes hausses. A l’autre extrémité du spectre des performances, les résultats ont déçu les attentes pour Eramet (-25%), Bekaert (-13%), Stora Enso (-16%), dans le secteur des produits de base, mais aussi pour Trigano (-19%). Enfin, on peut noter la contreperformance marquée d’Altran (-34%, après l’annonce de la découverte d’anomalies comptables dans la filiale nouvellement acquise Aricent).

Une prime de marché qui recule légèrement

Dans un contexte de légère hausse des rendements obligataires (+14 points de base pour le taux du Bund) et de rebond des cours, la prime de marché est en léger recul, à 6,25% à fin juillet (contre 6,52% à fin juin), mais demeure proche de son niveau moyen de 6,6% depuis 2002. Aussi, nous réitérons les conclusions présentées lors du dernier petit-déjeuner du Club de Gestion Financière au mois de juin, qui soulignaient que la valorisation des actions de la zone euro demeure raisonnable.

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous