PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 janvier 2020

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 31 janvier 2020

Figure 1 : Evolution des marchés

Source : Associés en Finance

Les marchés actions européen et américain commencent l’année en baisse

Les marchés actions commencent l’année en baisse inversant la tendance de forte croissance de la fin de l’année 2019. Les principaux indices européens affichent des performances décevantes sur le premier mois de l’année : -2,8% pour l’EuroStoxx 50, -1,8% pour l’EuroStoxx, -2,9% pour le CAC 40 et -2,0% pour le DAX. Le S&P 500 ne perd que -0,2%, tandis que l’indice technologique du Nasdaq est en hausse de +2,0%. Sur le marché des changes, l’euro est en baisse face au dollar et clôture l’année à 1,11 USD.

La volatilité des marchés actions a connu une hausse assez importante, s’éloignant de sa moyenne annuelle avec des indices VIX et VStoxx oscillant autour de 15% entre le 1er et le 31 janvier avant de clôturer à respectivement 17,2% et 18,9%.

La Grande-Bretagne quitte l’Union Européenne

Le jeudi 9 janvier, les députés britanniques de la Chambre des Communes ont voté et donné le feu vert à l’accord négocié par Boris Johnson avec Bruxelles. Cet accord a été validé par la Chambre des Lords, promulgué par la reine puis ratifié par le Parlement Européen deux jours avant la date fatidique du 31 janvier (date à laquelle le Royaume-Uni a quitté l’UE).

Dans les mois à venir, le Royaume-Uni va entrer dans une phase de négociation jusqu’au 31 décembre 2020 afin de permettre aux deux parties de nouer une nouvelle relation en termes de commerce, de concurrence et de sécurité. Cependant, ces nouvelles négociations s’annoncent longues et compliquées et pourraient entraîner un décalage de calendrier.

La fin de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ?

Un accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine a été signé le 15 janvier à Washington. La rencontre entre ces deux superpuissances marque une nouvelle étape après deux ans de tensions et de sanctions douanières contre les entreprises des deux nations.

Dans ce traité, qui entrera en vigueur au mois de février, la Chine s’est engagée à acheter 200 Mds$ de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années (en grande partie agricoles) permettant de réduire le déficit commercial américain. L’accord contient également des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, autres exigences des Etats-Unis.

De son côté, le président américain a indiqué que les droits de douane punitifs qui avaient été mis en place et qui frappent actuellement plus de 370 Mds$ de produits chinois seraient maintenus tant que la phase 2 de l’accord ne serait pas signée.

La mort du général Soleimani créée une tension maximale entre l’Iran et les Etats-Unis

Suite à l’attaque de l’ambassade américaine le mois dernier, Donald Trump a choisi, le vendredi 3 janvier, d’éliminer l’homme-clé de l’influence iranienne au Moyen-Orient le général Soleimani, chef de la Force Qods des Gardiens de la Révolution, chargée des opérations extérieures de l’Iran.

Après dix jours de grande tension entre l’Iran et les Etats-Unis, notamment des menaces d’attaque de 52 bases iraniennes et le crash d’un avion de ligne ukrainien abattu « par erreur » par un missile iranien, la perspective d’une guerre entre les deux pays commençait à émerger.

Cependant, à partir de mi-janvier, des déclarations en apparence apaisantes en provenance de Téhéran et Washington ont permis de rassurer la communauté internationale. Donald Trump a maintenu la pression avec quelques mises en garde mais le climat apparait comme orienté à la désescalade.

L’épidémie de coronavirus en provenance de Chine inquiète la population mondiale

Apparu dans des marchés de la ville de Wuhan, le coronavirus a tué plus de 200 personnes en Chine et touche désormais plus d’une vingtaine de pays avec 11 800 personnes infectées. Malgré la mise en quarantaine de la ville pour endiguer la propagation de l’épidémie, le virus s’est répandu et inquiète tous les pays qui pourraient être impactés à la fois d’un point de vue sanitaire, politique et économique. Les mesures restrictives à la production et à la circulation pourraient peser très négativement sur l’économie chinoise et par extension mondiale. Il apparaît qu’au total, c’est environ 75% du PIB chinois (et environ 95 % de la production industrielle), soit 20 provinces, qui a été affecté par des mesures de prolongation de congé du nouvel an signifiant que le choc d’offre a une bonne probabilité d’être encore plus intense.

La FED maintient les taux

Aux Etats-Unis, la Fed a laissé mercredi 29 janvier ses taux inchangés (dans une fourchette comprise entre 1,50% et 1,75%) à l’issue de sa première réunion monétaire de l’année, malgré la pression de Donald Trump qui souhaitait une nouvelle baisse. Par ailleurs, la Réserve Fédérale des États-Unis n’envisage pas de modifications des taux dans les prochains mois.

Des performances hétérogènes pour les différents secteurs

Le mois de janvier est marqué par une baisse quasi globale de tous les secteurs d’activités.

Le secteur des Produits de Base a connu une chute importante : la Chimie, l’Energie et les Minerais/Métaux/Acier perdent respectivement -3,4%, -9,8% et -11,4% tirés par les mauvaises performances de Solvay (-9,45%), Total (-10,27%), TechnipFMC (-22,05%), Royal Dutch Shell (-9,23%) ou encore Arcelor Mittal (-14,61%).             

L’Industrie clôture dans le rouge malgré la bonne performance de l’Aéronautique : ce dernier termine à +4,1% grâce aux performances de Safran (+6,03%) et Thalès (+7,24%). Les Biens d’Equipement, l’Electronique et les Matériaux de Construction impactent négativement le secteur avec des baisses respectives de -1,9%, -2,4% et -5,4%, notamment suite aux mauvaises performances de Vallourec
(-18,56%), Tenaris (-7,18%), ASML (-3,58 %), Siemens (-4,20%) ou encore Saint Gobain (-6,21%).

Les Biens de Consommation affichent des performances homogènes. Le Luxe perd -3,9%, tiré par la mauvaise performance de LVMH (-4,56%) et Kering (-5,16%). LAutomobile (-9.8%) et les Loisirs et Tourisme (-12.8%) connaissent une période difficile, en raison des baisses significatives de Renault
(-16.44%), Daimler (15.32%) et Volkswagen (-7.86%), mais également Accor (-11.31%).

Le secteur Financier termine également dans le rouge au mois de janvier : le Secteur Bancaire perd -6,5%, à cause de BNP Paribas (-9,06%) et ING (-8,07%), l’Immobilier perd -4,3% avec notamment les mauvaises performances d’Unibail-Rodamco-Westfield (-12,83%) et Klépierre (-9,22%). Les banques d’investissement gagnent, quant à elles, +8,0% grâce à Deutsche Bank (+19,76%) et Amundi (+4,79%)

Le secteur des Infrastructures est le seul à clôturer dans le vert au mois de janvier : la performance positive des Utilities, +8,5%, grâce à EDF (+11,15%), Enel (+7,85%) et Iberdrola (+9,87%), a permis de compenser la performance décevante de 1,3%, des Télécommunications avec des baisses importantes de Telecom Italia (-12,51 %), SES Global (-10,80%)

Après un mois de janvier stable, le secteur des Services a également connu une baisse malgré la performance de +6,9% des Services Informatiques, Wirecard (+23,91%), Capgemini (+3,17%). Les Transports et la Distribution tirent le secteur vers le bas en terminant respectivement à -6,1% et -1,4%, avec les performances négatives de Deutsche Post (-7,16%), Lufthansa (-15,72%), Casino (-12,09%) et Metro (-12,83%)

Hausse de la prime de marché Au mois de janvier les tendances du mois précédent se sont inversées, la baisse des marchés, notamment liée à l’inquiétude sur l’épidémie de coronavirus a entrainé une hausse de la prime de marché (malgré la baisse encore significative du Bund 10 ans, assimilé au taux sans risque européen) qui passe de 7,62% à 8,18%.

Figure 2 : Evolution de la Prime de Marché

Source : Associés en Finance

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous