PLAN DE MARCHE EUROLAND - 30 novembre 2019

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 30 novembre 2019

Figure 1 : Evolution des marchés

Source : Associés en Finance

Les marchés actions européens et américains poursuivent leur bonne dynamique

La hausse des marchés actions des deux derniers mois s’est confirmée au mois de novembre avec une progression importante pour le 3ème mois consécutif. Les principaux indices européens affichent de solides performances sur le mois de novembre : + 2,2% pour l’EuroStoxx 50 et +2,0% pour l’EuroStoxx, +2,5% pour le CAC 40 et +2,1% pour le DAX. Le S&P 500 gagne +2,4%, tandis que l’indice technologique du Nasdaq connait une hausse plus importante à +3,3%. Sur le marché des changes, l’euro est en recul face au dollar et clôture le mois de novembre à 1,10 USD.

Depuis le début de l’année, les valeurs américaines progressent davantage que les européennes (exprimées en dollar) avec une hausse de +25,1 % pour le S&P 500 et +30,0 % pour le Nasdaq tandis que l’EuroStoxx affiche une croissance de +18,3 % en dollar.

La volatilité des marchés actions est légèrement en baisse, proche de sa moyenne annuelle sur une grande partie du mois de novembre avec des indices VIX et VStoxx oscillant autour de 13% entre le 1er et le 30 novembre avant de clôturer en baisse à respectivement 12,6% et 13,2%.

Une issue toujours incertaine pour le Brexit en cette fin d’année 2019

Boris Johnson, partisan d’un Brexit « coûte que coûte », a été contraint par le parlement britannique de revoir son plan d’exécution et demander un nouveau délai jusqu’au 31 janvier 2020. Cependant, le 12 décembre 2019, les électeurs britanniques seront appelés réélire le parlement dans un vote qui s’annonce décisif en vue des décisions prises pour un Brexit début 2020.

Le premier ministre et le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn se sont écharpés lors d’un débat télévisuel le 19 novembre 2019 en se présentant chacun comme l’homme de la situation pour résoudre le problème du Brexit. Selon les enquêtes d’opinion, la lassitude de l’électorat (qui votera pour la troisième fois en 5 ans) pourrait bien être favorable au premier ministre actuel et donner à Boris Johnson la majorité absolue qu’il désire.

Regain de tension dans la relation sino-américaine

Après la reprise des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui ont permis d’aboutir à un accord entre les deux pays, la tension est remontée d’un cran le 28 novembre 2019. Donald Trump a signé une loi en faveur des manifestants pro-démocratie à Hong Kong s’attirant par conséquent les foudres du pouvoir chinois. Dans la foulée, la Chine a menacé Washington de représailles, ravivant la guerre commerciale entre les deux pays. Les relations entre les deux pays vont être suivies de près les prochaines semaines par les marchés boursiers qui craignent un regain de tension et la réapparition des représailles commerciales mises de cotées au cours des derniers mois.

Un possible « cessez-le-feu » entre l’Arabie Saoudite et le Yémen

La coalition emmenée par l’Arabie Saoudite et qui intervient depuis 2015 dans la guerre au Yémen a décidé « de libérer 200 rebelles » yéménites Houthis. Cette annonce fait suite à une baisse des attaques menées par les rebelles contre l’Arabie Saoudite, saluée le 22 novembre 2019 par l’émissaire de l’ONU au Yémen Martin Griffiths, qui y a vu un possible prélude à un cessez-le-feu général.

La FED fait une pause sur les taux d’intérêt

Jerome Powell, le patron de la Banque centrale américaine, a indiqué devant le Congrès le 12 novembre qu’il estimait que l’économie poursuit une « croissance durable », que l’emploi est « fort » et que l’inflation se situe à un niveau proche de 2% (même si le ralentissement mondial et les incertitudes liées à la guerre commerciale présentent un « risque persistant »).

Le directeur de la FED a également confirmé que la Banque centrale allait faire une pause dans ses interventions sur les taux d’intérêts tant que les informations concernant l’économie restent en ligne avec les prévisions énoncées. Cependant, Jerome Powell s’est inquiété de la dette fédérale qui « est à un haut niveau et continue de croître », ce qui pourrait « à long terme » peser sur l’investissement privé et in fine sur la croissance économique du pays.

Des performances positives pour la grande majorité des secteurs

Globalement, le mois de novembre est marqué par une hausse de la majorité des secteurs.

Le secteur des Services a connu une croissance très importante : les Services Informatique et les Services gagnent respectivement +6,6% et +5,8% portés par la bonne performance d’Atos (+11,03%), Sopra (+11,72%), Europcar (+26,08%) ou encore Amadeus (+8,98%). Les Transports progressent aussi fortement de +8,0% (notamment grâce à Lufthansa +10,78% et Ryanair +14,90%), tandis que les Editeurs de Logiciels et Jeux progressent de +4,1%.

L’Industrie clôture également dans le vert : l’Aéronautique & Défense gagne +3,8%, l’Electronique marque la plus belle performance avec +7,8 %, tandis que les Matériaux de construction et les Biens d’équipement (pénalisés par Andritz qui chute de -12,12%) restent stables (+1,2%).

Les Biens de consommation affichent de belles performances. Le Luxe progresse de +6,9%, porté par la bonne performance de LVMH (+6,48%) et Moncler (+15,14%), les Loisirs et Tourisme continuent leurs progressions (+4,5%) ainsi que la Santé (+4,3%), tandis que les l’Automobile et l’Agro-alimentaire marquent un coup d’arrêt dans leurs progressions avec des croissances respectives de +1,2% et 0,7%.

Le secteur Financier a connu des performances hétérogènes : les Banques progressent de +4,2%, portés par BNP Paribas (+8,89%), tout comme les Assurances avec une croissance de +1,7%, tandis que les Banques d’Investissement et les Holding sont en recul de respectivement -0,8% et -2,4% avec notamment la mauvaise performance de Natixis (-7,74%).

Seul secteur significativement en recul, les Infrastructures ont connu des performances plutôt décevantes : le secteur Utilities a connu une baisse de -1,7% tout comme les Télécommunications et le BTP et Concessions avec des performances respectives de -0,8% et -1,0%.

La baisse de la prime de marché continue Au mois de novembre les tendances du mois précédent se sont poursuivies, la combinaison de la hausse des marchés et de la hausse du Bund 10 ans (assimilé au taux sans risque européen) a entrainé une baisse de la prime de marché de 8,11% à 7,84%. La prime de marché reste cependant bien supérieure à sa moyenne sur longue période.

Figure 1 : Evolution des marchés

Source : Associés en Finance

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous