PLAN DE MARCHE EUROLAND - 30 avril 2020

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 30 avril 2020

Figure 1 : Évolution des marchés

Source : Associés en Finance

Les marchés actions européens et américains se redressent au mois d’avril après la chute historique liée au Coronavirus

Les marchés actions se sont redressés après la chute liée à la crise sanitaire du Covid-19. Les principaux indices européens affichent des performances positives pour le mois d’avril : +5,1% pour l’EuroStoxx 50, +6,3% pour l’EuroStoxx, +4,0% pour le CAC 40 et +9,3% pour le DAX. Le S&P 500 et l’indice technologique du Nasdaq connaissent, eux aussi, une embellie avec respectivement +12,7% et +15,4%. Sur le marché des changes, l’euro est en légère baisse face au dollar à 1,09 USD.

L’agitation financière du mois de mars provoquée par la pandémie a conduit à une très forte hausse de la volatilité des marchés actions. Les moyennes mensuelles des indices VIX et VStoxx se situent respectivement à 42,0% et 42,4%, soit environ 25% au-dessus des niveaux observés fin 2019 (clôturant à respectivement 34,1% et 33,9%).

Les marchés actions repartent à la hausse après la chute historique enregistrée au mois de mars

Le 2 avril, la Bourse de Paris est repartie à la hausse grâce à un tweet de Donald Trump, moins d’une heure avant la clôture. Le Président américain a évoqué un possible accord entre l’Arabie Saoudite et la Russie qui se sont engagées dans une guerre sur les prix du pétrole.

Cependant, cette hausse modérée a rapidement été mise à mal dès le lendemain par l’annonce de l’explosion des nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis. En effet, le taux de chômage outre-Atlantique a bondi de plus de 4,0 %, alors que les Etats-Unis étaient dans une situation de plein-emploi avant l’épidémie de Coronavirus.

Le 6 avril, le CAC 40 a franchi la barre des 4.300 points (en hausse de plus de 4,6%), en net rebond après une chute continue depuis la mi-mars. Les investisseurs ont commencé à envisager un début de sortie de crise sanitaire. En effet, les chiffres du week-end précédent pour l’Italie, l’Espagne et la France ont montré un ralentissement de l’épidémie de Coronavirus. Le suivi des bilans quotidiens de la pandémie dans les pays européens les plus touchés a été le principal indicateur de tendance pour les investisseurs du marché actions. En revanche, après les bonnes nouvelles du Président américain en début de mois, le prix des cours du pétrole a connu une nouvelle chute suite au report de la réunion entre l’Opep et la Russie pour trouver une issue à la guerre des prix.

Le CAC 40 a poursuivi sa hausse et atteint les 4.500 points le 9 avril, encouragée par la promesse de la Fed de 2.300 Mds$ de nouveaux prêts aux entreprises et aux collectivités locales frappées par la pandémie de Covid 19 et par la perspective d’un pic de l’épidémie bientôt atteint en Europe et outre-Atlantique.

Les marchés actions se sont remis à osciller la semaine du 13 avril. D’un côté, les investisseurs ont été rassurés par la baisse moins brutale qu’attendue des exportations chinoises au mois de mars mais de l’autre côté (i) les cours du pétrole sont passés sous la barre des 20 dollars en raison de l’effondrement de la demande et (ii) la publication des résultats des banques américaines a été décevante.

Fin avril, plusieurs annonces successives ont rassuré les marchés boursiers. La présentation par Donald Trump d’un plan de redémarrage progressif de l’économie américaine a entrainé Wall Street vers un nouveau rebond, et la montée du prix du baril de pétrole brut américain à partir du 22 avril a apporté un soulagement aux inquiétudes des investisseurs. Le secteur bancaire a bénéficié des annonces de la Banque Centrale Européenne se disant prête à accepter les obligations dégradées en catégorie
« spéculative » comme garanties pour des crédits accordés aux banques. La perspective d’un début de levée du confinement et les annonces de Gilead sur un possible traitement contre le Coronavirus ont permis aux différentes places financières de confirmer le rebond entamé en début de mois.

Des performances baissières pour le marché, les secteurs fortement impactés par le Coronavirus

Le mois d’avril est marqué par une reprise progressive de la plupart des secteurs d’activités. Le secteur des Produits de Base est caractérisé par des performances hétérogènes : la Chimie et les Minerais/Métaux/Acier gagnent respectivement +7,8% et +14,1% portés par Bayer (+13,79%), Linde (+4,95%) ou encore Arcelor Mittal (+15,48%), alors que l’Energie perd -4,9% suite aux mauvaises performances de Royal Dutch Shell (-5,03%) ou Total (-7,18%).

L’Industrie renoue avec la croissance de sa rentabilité, malgré les mauvaises performances de l’Aéronautique/Défense (-0,7%) entrainées par Airbus (-2,46%) et Thales (-9,48%). Les secteurs des Biens d’Equipement (+7,1%), de l’Electronique (+12,2%) et des Matériaux de Construction (+10,8%) ont été soutenus par les performances encourageantes de Kone Elevators (+7,17%), Schneider (+6,21%), ASML (+11,63%), Siemens (+9,31%), ou encore Saint-Gobain (+9,23%).

Le secteur des Biens de Consommation finit également dans le vert malgré des performances à trois vitesses selon l’activité. Le secteur Loisirs et Tourisme est en léger repli (-0,4%), affecté par la mauvaise performance de NH Hotel Group (-20,85%). L’Agro-alimentaire, les Biens de Consommation et Le Luxe retrouvent une dynamique positive et prennent respectivement +6,6%, +4,2% et +2,7%, notamment grâce à Danone (+7,88%), Pernod Ricard (+7,45%), L’Oréal (+11,05%), Henkel (+10,71%). LVMH (+4,14%) et Hermès (+6,20%). L’Automobile (+13,8%) et la Santé (+11,9%) connaissent la croissance la plus importante, portés par Daimler (+14,59%), Volkswagen (+20,01%) bioMérieux (+10,43%), Sartorius Stedim Biotech (+19,67%) ou encore Sanofi (+11,29%).

Le secteur Financier profite également de la tendance haussière du mois d’avril : les secteurs des Assurances et des Banques d’Investissement progressent le plus fortement avec des croissances respectives de +7,4% et +6,9%, notamment grâce aux performances de Allianz (+7,65%), Munich Ré (+9,07%) et Deutsche Bank (+13,55%). L’Immobilier finit également dans le vert (+3,7%) grâce à Covivio (+11,30%) et Unibail-Rodamco-Westfield (+4,19%). Enfin, les Banques restent stables (+0.5%) suite à des variations contrastées : les mauvaises performances de Grupo Santander (-8,14%) et Société Générale (-7,09%) ont été compensées par les croissances de BNP Paribas (+4,23%) et de KBC Group (+17,28%).

Le secteur des Infrastructures progresse, tiré par le BTP et Concessions (+5,8%) et les Télécommunications (5,1%). Ces deux secteurs ont été portés par les bonnes performances de Eiffage (+15,81%), Atlantia (+29,97%), Deutsche Telekom (+12,79%) et Iliad (+9,99%). Quant au secteur des Utilities, il connaît une croissance moins soutenue (+1,9%) : alors que E.ON et Enel perdent respectivement -3,12% et -1,62%, Iberdrola (+1,74%) et Engie (+5,23%) redressent progressivement la pente.

Le secteur des Services retrouve le chemin de la croissance : les Médias, les Services et les Transports ont terminé respectivement à +4,4%, +6,2%, et +8,8%, avec le redressement de Relx (+5,44%), Lagardère (+28,70%), Sodexo (+17,62%), Teleperformance (+7,74%), et Ryanair (+12,95%). Les Services Informatiques connaissent eux aussi une dynamique positive (+3,1%), soutenue par Capgemini (+11,35%) et Worldline (+15,42%).

La prime de marché reste très élevée L’épidémie de Covid 19 a fortement impacté les différents secteurs économiques qui ont connu une forte baisse au mois de mars, le redressement des marchés au mois d’avril a entraîné une légère baisse de la prime de marché à un niveau de 10,14% contre 10,96% au mois de mars (avec une légère baisse du Bund 10 ans, assimilé au taux sans risque européen).

Figure 2 : Evolution de la Prime de Marché

Source : Associés en Finance

Note : Niveau de prime instantané à fin mars avant certains ajustements de flux

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous