PLAN DE MARCHE EUROLAND - 28 avril 2017

PLAN DE MARCHE EUROLAND - 28 avril 2017

Soulagement en zone euro

L’événement majeur du mois d’avril, très attendu sur les marchés financiers, a été le premier tour des élections françaises. L’issue de ce scrutin a été plébiscitée par les investisseurs et a entraîné une appréciation de l’Euro vis-à-vis du dollar américain (de 2 centimes à 1,09).

L’indice EuroStoxx enregistre sur le mois une hausse de +2,0%. L’indice de la place parisienne se distingue au sein de la zone euro avec un gain de +2,8%.

Durant le mois d’avril, les investisseurs se sont également focalisés sur l’amélioration des résultats des entreprises, ce qui a renforcé l’appétence pour les actions de la zone euro.

Notons que, sur le front macro-économique, le FMI a relevé légèrement sa prévision de croissance mondiale (de 3,4% à 3,5%). Toutefois, l’institution s’est inquiétée de la montée des risques liés au protectionnisme ambiant.

Hausse quasi-généralisée des secteurs

Quasiment tous les secteurs ont enregistré des rentabilités positives.

Certaines valeurs se sont distinguées au vu de leurs résultats publiés. Sur le mois, Aixtron (+44,5%), Puma (+22,8%) et une série de valeurs françaises telles que Compagnie des Alpes (+20,4%), Kering (+17,4%), bioMérieux (+15,7%), Teleperformance (+13,9%) ou Seb (+13,1%) figurent parmi les quinze meilleures rentabilités.

En revanche, les secteurs de l’Energie et des Minerais-Métaux sont encore ce mois-ci en retrait dans un contexte de tassement des cours du pétrole et des matières premières. Les valeurs des Télécommunications et des Utilities n’ont dans l’ensemble pas non plus participé au mouvement haussier des marchés.

De manière globale, nous constatons sur le mois d’avril un effet discriminant à l’égard des valeurs les plus risquées (classe de risque 5) et un phénomène d’arbitrage relatif en faveur des small and mid caps, comme l’attestent l’écart de performance entre rentabilité non pondérée de l’échantillon Trival en zone euro (+2,8%) et rentabilité pondérée (+2,1%) et l’écart de performance entre l’indice EuroStoxx (+2,0%) et EuroStoxx50 (+1,7%).

Une prime de marché d’environ 6%

Dans ce contexte, la prime de risque au sein des actions baisse légèrement pour atteindre 6,11%, (-7 points de base). La préférence des investisseurs donnée aux small-and-mid caps contribue à faire baisser la prime d’illiquidité ; celle-ci atteint actuellement 1,10%.

La prime de marché (écart de rentabilité espérée entre les actions et le Bund) a diminué de 17 points de base pour atteindre 6,02% avec un rendement du Bund quasi-inchangé (à 0,32%). Ce niveau de prime de marché est en deçà de sa moyenne historique (depuis 2002) de 6,62%, impliquant une légère surévaluation des actions. Toutefois, nous rappelons que les flux prévisionnels dans Trival sont encore prudents. Si l’amélioration des prévisions économiques se confirmait, la prise en compte de révisions en hausse des flux prévisionnels ramènerait la prime de marché vers sa moyenne historique.

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous