Club de Gestion Financière

Club de Gestion Financière

Jean-David LEVITTE, Ambassadeur de France, Membre de l’Institut

« Les risques géopolitiques en 2017 »

Tous les mois dans le cadre de son Club de Gestion Financière, Associés en Finance organise à l’attention de ses clients investisseurs, émetteurs et évaluateurs, un petit déjeuner au cours duquel est abordé un thème d’investissement. Comme chaque début d’année nous recevons un géopoliticien afin de discuter des enjeux de l’année à venir. Ce Jeudi 19 janvier 2017, Associés en Finance recevait Jean-David Levitte, ambassadeur de France, qui a présenté sa vision des risques géopolitiques en 2017.

Jean-David Levitte a commencé son allocution en décrivant le paysage géopolitique très particulier que nous connaissons depuis 3 ans : celui de la montée des populismes en Occident. Celle-ci s’explique par le sentiment d’une perte de contrôle sur l’ordre mondial tel qu’il avait été établi à Yalta et à Bretton Woods et d’un déclassement des pays occidentaux. Dans ce contexte, l’année charnière est 1979, au cours de laquelle quatre évènements marquants ont remis en cause la suprématie occidentale. Le 11 février, le Shah d’Iran est déchu et le pays tombe dans les mains des ayatollahs, ce qui entraine la perte pour les Etats-Unis de leur allié majeur au Moyen-Orient ; s’ensuivent le deuxième choc pétrolier qui fragilise l’économie américaine, le début des réformes économiques en Chine et l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS.

Le passage d’un monde bipolaire à un monde unipolaire se traduit par la chute du mur de Berlin en 1989 et l’effondrement de l’URSS. La décennie 1990, qualifiée de « décennie bénie » pour le monde occidental est marquée par deux révolutions : celle des technologies du numérique et de l’information ainsi que celle des conteneurs, grâce à laquelle la Chine a pu s’intégrer à l’économie internationale. En Europe, c’est le début de la paix qui permet une véritable construction européenne.

Le 11 septembre 2001 est un  réveil brutal  pour les Etats-Unis qui découvrent leur vulnérabilité. Dans le même temps les pays émergents montent en puissance (Chine, Inde, Russie, Brésil). La crise de 2007/2008 ainsi que les printemps arabes continuent d’affaiblir l’Occident et l’Europe en particulier. Le monde unipolaire laisse place à un monde multipolaire.

La situation actuelle est celle d’un monde de plus en plus compliqué où chaque pays veut peser dans la balance. Le G8 est devenu le G20, les processus de décision se sont complexifiés. Le monde d’aujourd’hui est apolaire et sans direction : les Etats-Unis ne veulent plus être les gendarmes du monde. La Russie, la Chine et la Turquie contestent l’ordre mondial établi. Cette contestation a des natures très différentes : la Russie rêve d’un nouvel empire, la Chine se voit comme l’Empire du milieu et réclame sa reconnaissance, et la Turquie se voit revenir à l’époque de l’empire Ottoman. Enfin, ce monde est marqué par la fragmentation de l’Occident que ce soit en Europe (Brexit), à l’intérieur des nations (Ecosse au Royaume-Uni) ou encore au sein du monde politique.

Aux Etats-Unis, la population, en particulier les travailleurs, se sent victime de la mondialisation. Les inégalités n’ont jamais été aussi fortes et n’ont cessé de croître. C’est pourquoi, les Américains souhaitent un renouvellement de leurs élites, et c’est ce sentiment qui a permis la victoire de Trump. Ce sentiment de perte de contrôle fait également écho en Europe : tous les torts sont mis sur le dos de l’Union Européenne et de Bruxelles qui sert de bouc émissaire. Alors que pendant des décennies l’Europe était perçue comme un bouclier contre les dangers extérieurs, elle est aujourd’hui vue comme un phénomène les aggravant et paraît incapable de faire face aux enjeux de l’immigration et de la lutte contre le terrorisme.

Un contexte particulier règne aux Etats-Unis avec l’élection de Donald Trump. Le nouveau président élu des Etats-Unis est une personnalité politique originale et sans expérience. Il affirme sans tabou être contre l’Europe, l’Alliance atlantique, le Traité commercial Transpacifique, … Son entourage est également controversé : la nomination du général Mattis à la défense qui considère l’Islam comme le mal absolu a fait scandale. Toutefois, la nomination de plusieurs milliardaires dans les postes économiques clés, empêchera sûrement l’enfermement des Etats-Unis, puisque ces hommes d’affaires sont des globalistes convaincus. La politique que va mener le futur Président est encore imprécise, et beaucoup d’incertitudes subsistent notamment en matière de politique étrangère, où Donald Trump semble pour l’instant prôner un désengagement des Etats-Unis et un rapprochement avec la Russie. Le XXIème siècle pourrait être celui de la suprématie chinoise. Le président chinois XI Jinping s’impose sur la scène internationale depuis l’élection de Donald Trump : la Chine a proposé une alternative au traité Transpacifique dont elle serait le leader.

Finalement, l’application du programme de Donald Trump et ses possibles négociations futures avec Poutine aboutira à l’émergence d’un nouvel ordre mondial. Celui-ci sera porté par des chefs d’Etat qui ont une vision du monde divisé en grands blocs : la Chine, la Russie, l’Amérique et l’Europe.

Accés réservé
AUX ABONNÉS TRIVAL®
Accés réservé
AUX ABONNÉS DU CLUB
Vous souhaitez des informations complémentaires ?
Contactez-nous