CLUB DE GESTION FINANCIÈRE

Un cadre unique de réflexions et d’échanges sur les grands thèmes financiers d’actualité

« Les Gilets Jaunes, un épiphénomène ? »

17 janvier 2019

Par Jean-Daniel Levy, Directeur du Département Politique et Opinion chez Harris Interactive

Tous les mois dans le cadre de son Club de Gestion Financière, Associés en Finance organise un petit déjeuner à l’attention de ses clients investisseurs, émetteurs et évaluateurs, au cours duquel est abordé un thème d’investissement. Ce jeudi 17 janvier 2019, le Club était animé par Jean-Daniel Levy, directeur du département Politique et Opinion chez Harris Interactive.

Jean-Daniel Levy estime que le mouvement des « Gilets Jaunes » est loin d’être un épiphénomène : ce rassemblement vient d’un mécontentement plus profond. Emmanuel Macron a été élu sur plusieurs motivations des Français : la première est personnelle, les Français le considérant comme le président idéal, ayant connu à la fois des expériences en politique mais aussi dans le secteur privé et proposant un langage clair et honnête. La seconde motivation était d’empêcher Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon d’accéder au second tour des présidentielles.

Cependant, cette élection a fait ressortir quelques points alarmants. Tout d’abord, il est impossible de pouvoir qualifier le vote à l’égard d’Emmanuel Macron, au contraire de celui envers ses prédécesseurs. En 1988, le vote en faveur de François Mitterrand coïncidait avec une « France Unie », en 1995 et 2002, Jacques Chirac prônait une « France rassemblée », en 2007, Nicolas Sarkozy encourageait à « travailler plus pour gagner plus » et en 2012 François Hollande se faisait élire avec son projet « Egalité et Réconciliation ». Cette difficile identification de son contrat politique a conduit Emmanuel Macron à n’obtenir que 24% des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle contre plus de 28% pour François Hollande en 2012 et plus de 31% en faveur de Nicolas Sarkozy en 2007.

Mais, entre le premier et le second tour de la présidentielle, le Front National a progressé de 13 points dans les suffrages, lui permettant d’instaurer une dynamique qui s’est ensuite reflétée dans les résultats des élections législatives où huit députés du Front National ont été élus. Mais le plus inquiétant a été que 57% des Français se sont abstenus au second tour de cette élection, ce qui représente un record absolu d’abstention en France.

A la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, le premier signe de mécontentement est apparu en juillet 2017 avec la suppression de l’ISF et la diminution du montant des APL de 5€. Cette erreur politique a eu pour effet immédiat de le qualifier de « Président des riches ». Cependant, il parvient à appliquer une partie de ses propositions de campagne pour devenir un président réformateur (avec des réformes telles que Notre-Dame des Landes, le baccalauréat, la SNCF, etc.).

Par la suite, plusieurs éléments mineurs ont eu un effet négatif immédiat sur l’opinion des Français envers leur président en 2018 : la construction d’une piscine dans la résidence présidentielle du fort de Brégançon, l’achat d’une nouvelle vaisselle pour l’Elysée, l’utilisation du Falcon pour quelques kilomètres ou encore la Fête de la Musique insolite à l’Elysée ont été mal perçus par les Français dans un contexte où Emmanuel Macron présentait les aides sociales comme représentant « un pognon de dingue ». A cela se sont ajoutés les départs de son ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot et de son ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, et surtout la véritable étincelle ayant déclenché ce mouvement des « Gilets Jaunes » : l’augmentation du coût du carburant. De nombreux Français n’ont pas les moyens de pouvoir 2

vivre en centre-ville et sont contraints de s’installer en périphérie. L’utilisation de leur voiture est donc une nécessité et cette hausse des carburants a un impact direct sur leur situation financière. Ces personnes représentent la France qui se considère depuis longtemps abandonnée et se demandent si l’Etat les écoutera un jour.

Les « Gilets Jaunes » interviennent dans un paysage politique dévasté où l’ensemble des hommes politiques, hormis Marine Le Pen, ont perdu popularité et crédibilité. Dans la perspective des prochaines élections européennes, les Français se demandent quel sera le projet de l’union, son orientation et si la France et ses députés auront la capacité de se faire entendre.

 

LES DERNIERS RENDEZ-VOUS

  • 21 mars 2019

    « Embellie des Marchés : des fondements robustes »

    Lire la suite
  • 17 janvier 2019

    « Les Gilets Jaunes, un épiphénomène ? »

    Lire la suite
  • 20 décembre 2018

    Faut-il réinvestir dès maintenant sur les marchés actions ?

    Lire la suite
  • 08 novembre 2018

    « Intelligence artificielle et croissance »

    Lire la suite
  • 11 octobre 2018

    Comment les entreprises de la grande distribution s’adaptent-elle à la révolution digitale ?

    Lire la suite
  • 13 septembre 2018

    Lehman 10 ans après : quelles perspectives de marché pour la rentrée 2018

    Lire la suite
  • 14 juin 2018

    Quels cygnes noirs pour les marchés financiers

    Lire la suite
  • 24 mai 2018

    « Comment redresser une banque dans un environnement de transformation réglementaire, économique et technologique

    Lire la suite
  • 03 mai 2018

    Dernières nouvelles de la santé globale

    Lire la suite
  • 12 avril 2018

    « Der Himmel Lacht. Die Erde jubilieret »

    Lire la suite