CLUB DE GESTION FINANCIÈRE

Un cadre unique de réflexions et d’échanges sur les grands thèmes financiers d’actualité

Comment les entreprises de la grande distribution s’adaptent-elle à la révolution digitale ?

11 octobre 2018

Par Alexandre Bompard, Président Directeur Général, Groupe Carrefour

Tous les mois dans le cadre de son Club de Gestion Financière, Associés en Finance organise un petit déjeuner à l’attention de ses clients investisseurs, émetteurs et évaluateurs, au cours duquel est abordé un thème d’investissement. Ce jeudi 11 Octobre 2018, le Club accueillait Alexandre Bompard, Président Directeur Général du Groupe Carrefour, sur le thème de la transformation digitale dans les entreprises de la grande distribution et son impact sur la stratégie du Groupe Carrefour.

Alexandre Bompard a pris la tête du groupe Carrefour en juillet 2017 après avoir replacé Fnac-Darty dans la course au e-commerce où le géant de l’informatique est passé numéro 3 en France des ventes en ligne seulement deux ans après la fusion entre Fnac et Darty. Le groupe Carrefour, qui compte plus de 100 millions de clients réguliers et réalise un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros, n’a pas su adapter assez vite son business model à la révolution digitale et à l’arrivée des nouveaux concurrents sur le marché de la grande distribution tels qu’Amazon ou Alibaba. La mission du nouveau PDG de Carrefour est donc de rattraper le retard que le groupe accuse sur le canal digital, car les nouveaux géants du e-commerce sont, depuis quelques années, une réelle menace pour la grande distribution. En effet, Amazon et Alibaba se sont lancés sur le segment de l’alimentation avec les acquisitions respectives, en 2017, des supermarchés bio Wholefoods et de la start-up chinoise de repas à domicile Ele.com et ont une stratégie très agressive. En pratiquant des prix attractifs ils gagnent des parts de marché importantes mais peinent à engranger des bénéfices. A titre d’exemple, Amazon a dégagé ses premiers bénéfices l’année dernière, après presque 25 ans d’existence. Selon Alexandre Bompard, les investisseurs d’Amazon misent sur une position largement dominante du groupe à long-terme. Cette stratégie est en passe de réussir puisque aucune sanction ou directive n’ont été mises en place que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis. Ces derniers sont encore moins encouragés à réguler ce modèle car les GAFA portent l’économie américaine et doivent faire face à l’arrivée croissante des entreprises chinoises de grosse taille sur leur marché.

Cette nouvelle concurrence et la digitalisation du commerce vont, en plus d’absorber des parts de marché, également imposer un nouveau standard de qualité et d’exigence aux grands groupes français et internationaux. Pour Alexandre Bompard, l’expérience d’achat est à présent essentielle pour un client. En effet, un client mécontent en magasin peut maintenant se tourner vers le e-commerce car il n’est plus restreint par sa localisation. De plus, les clients ont aujourd’hui un pouvoir supplémentaire à travers les réseaux sociaux où ils peuvent faire et défaire l’image d’une marque.

Pour ne pas se laisser distancer dans cette course à la digitalisation de l’alimentaire, Carrefour a prévu un plan de 4 milliards d’euros destiné uniquement à sa transformation digitale, avec pour objectif d’offrir à ses clients une expérience équivalente à celle que proposent ses concurrents de l’e-commerce. Selon Alexandre Bompard, Carrefour doit dorénavant se mettre à la place des clients qui sont les détenteurs du pouvoir et non plus les industriels. Le groupe va ainsi revoir le mode de fonctionnement de ses hypermarchés en réduisant leur surface pour qu’ils deviennent des centres commerciaux hybrides avec des activités commerciales, des commerces indépendants et surtout un centre logistique. Les hypermarchés doivent devenir des centres de retrait, de retour et de services pour les clients. Carrefour prévoit également de renforcer son activité dans les drives et dans la livraison à domicile ultra-rapide.

Selon Alexandre Bompard, pour mettre en place un tel plan stratégique, il est essentiel « d’avoir la conviction qu’il n’y a aucune autre solution ». Pour cela, le groupe a besoin dans un premier temps de recruter de nouveaux talents notamment dans le digital. Carrefour doit également accepter de travailler avec de nouveaux partenaires, ce que l’entreprise a déjà entrepris en établissant des accords avec Fnac Darty pour l’électronique grand public, Système U pour les achats alimentaires, Google pour le e-commerce ou Tesco pour le commerce international. Pour améliorer son empreinte digitale, Carrefour s’est allié avec Tencent pour développer des supermarchés connectés en Chine ou avec Sapient pour la création de son site internet. Carrefour s’est aussi allié avec les start-up, Quitoque, spécialisé dans la livraison de repas, et Showroomprivé. Enfin, avec l’automatisation de la chaîne logistique, certains métiers historiques de la grande distribution (caissières, manutentionnaires) pourraient se réduire. Le groupe Carrefour ne souhaite pas voir disparaître ce capital humain indispensable et ambitionne de moderniser et d’adapter leur rôle aux besoins actuels.

Pour Alexandre Bompard, il ne faut pas, pour autant, tout changer. Le groupe dispose d’un maillage de magasins déployés sur tout le territoire français et étranger et d’un grand nombre d’installations qui correspondent partiellement aux attentes des clients dont les drives, la livraison à domicile ou le drive piéton. D’une part, il est nécessaire d’optimiser ce modèle avec un portail d’e-commerce unique et une révolution de la chaîne logistique, un élément fondamental pour la transformation du groupe. D’autre part, Carrefour, et les distributeurs en général, doivent repenser leurs relations fournisseurs afin de tirer parti de leur expérience et permettre un partage d’information et de données au lieu de s’affronter régulièrement au cours de négociation stériles pour quelques points de base sur les prix.

Enfin, Alexandre Bompard explique qu’il n’y a pas encore de modèle qui soit actuellement parfait car selon lui aucun acteur n’a encore effectué toutes les transformations nécessaires. Avec sa stratégie, Alexandre Bompard souhaite faire de Carrefour le leader de l’e-commerce en France.

 

LES DERNIERS RENDEZ-VOUS

  • 11 octobre 2018

    Comment les entreprises de la grande distribution s’adaptent-elle à la révolution digitale ?

    Lire la suite
  • 13 septembre 2018

    Lehman 10 ans après : quelles perspectives de marché pour la rentrée 2018

    Lire la suite
  • 14 juin 2018

    Quels cygnes noirs pour les marchés financiers

    Lire la suite
  • 24 mai 2018

    « Comment redresser une banque dans un environnement de transformation réglementaire, économique et technologique

    Lire la suite
  • 03 mai 2018

    Dernières nouvelles de la santé globale

    Lire la suite
  • 12 avril 2018

    « Der Himmel Lacht. Die Erde jubilieret »

    Lire la suite
  • 21 mars 2018

    « Les marchés financiers face aux pressions inflationnistes et salariales et aux risques de guerre commerciale »

    Lire la suite
  • 15 février 2018

    « Rôle de l’Asset Management face aux défis économiques européens »

    Lire la suite
  • 25 janvier 2018

    « Blockchain & cryptomonnaies »

    Lire la suite
  • 18 janvier 2018

    « Quels Black Swans en 2018 ? »

    Lire la suite